Dystopia

by Bird Paradigma

supported by
/
  • Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

     name your price

     

1.
2.
03:16
3.
4.
02:30
5.
6.
7.
8.
04:10

about

This is the first album by Bird Paradigma solo project.
It reunites the first incursions into the noise and experimental electronics world, as much as improvisation.
Sometimes Bird Paradigma inspires itself on historical characters, poetry or just kunstwollen.
Thank you all for your support.

credits

released July 26, 2011

All music made by Bird Paradigma
Recorded at The Very Personal Bird Pit
Artwork by Sara Santos (aka Bird. P)

tags

license

about

Bird Paradigma Lisboa, Portugal

Bird Paradigma is an act created in 2011 for a musical experience with no boundaries: improvisation, experimental electronics, noise and spoken word.

contact / help

Contact Bird Paradigma

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: De Satan ou de Dieu qu'importe?
Hymne à la Beauté

Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,
O Beauté? ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton oeil le couchant et l'aurore;
Tu répands des parfums comme un soir orageux;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l'enfant courageux.

Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques;
De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant,
Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.

L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit: Bénissons ce flambeau!
L'amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l'air d'un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe,
Ô Beauté! monstre énorme, effrayant, ingénu!
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu?

De Satan ou de Dieu, qu'importe? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si tu rends, — fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine! —
L'univers moins hideux et les instants moins lourds?

— Charles Baudelaire